Panier

Service client réactif 🇫🇷

❤️Profitez de -10% avec le code promo AMOUR10 ❤️

4,8/5 AVIS CLIENTS ★★★★★

L’histoire du 1er art martial – Kung Fu Shaolin : Un nom moderne pour un art ancien

Les arts martiaux sont devenus de plus en plus populaires au cours des dernières décennies. Parmi tous les arts martiaux, le Kung Fu, popularisé par des stars comme Bruce Lee et Jackie Chan, est devenu le plus connu. Cependant, le Kung Fu tel que nous le concevons aujourd’hui est étonnamment jeune, puisqu’il n’a été utilisé pour désigner les arts martiaux qu’à partir du 20e siècle. La conception commune du Kung Fu est un amalgame de différents styles de combat, certains remontant à des milliers d’années, et tous originaires de Chine.

Pratiquant de Kung Fu dans un parc arboré

L’étymologie du Kung Fu

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que la signification originale du Kung Fu n’a rien à voir avec les arts martiaux. Dans la langue chinoise d’origine, le Kung Fu désigne toute compétence acquise par le travail et la pratique. Ce n’est qu’au XXe siècle que la communauté chinoise a commencé à utiliser le terme ” Kung Fu ” pour désigner les arts martiaux.

L’idée populaire de ” Kung fu ” était traditionnellement appelée Zhonghua wushu, ou simplement wushu, ce qui se traduit simplement par ” art martial “. Le sens du terme ” Kung Fu ” a changé pour correspondre à la compréhension occidentale. L’origine de ce changement de sens semble être une erreur de traduction dans les doublages et sous-titres des films, lorsque les films d’arts martiaux sont devenus populaires en Occident dans les années 1960 et 1970. 

Les origines légendaires du Kung Fu

Il n’est pas surprenant que l’homme ait développé des moyens de se défendre depuis des milliers d’années. L’histoire des arts martiaux chinois, communément appelés Kung Fu aujourd’hui, remonte à au moins 4 000 ans.

Les premières traces du Kung Fu sont imprégnées de légendes. Selon les récits anciens, les arts martiaux chinois remontent à la dynastie Xia, il y a 4 000 ans. La dynastie Xia est la première dynastie répertoriée dans l’histoire de la Chine, et les histoires des Xia prennent souvent une tournure mythique.

Selon la légende, l’empereur jaune Huangdi fut le premier maître des arts martiaux chinois. Avant de devenir empereur, il était un général célèbre qui a écrit sur la médecine, l’astrologie et les arts martiaux. Son ennemi juré était Chi You, censé être le créateur du Jiao Di, une ancienne forme de lutte chinoise.

Le problème de cette histoire originale est qu’elle est difficile à vérifier ; il n’existe aucune source contemporaine décrivant la dynastie Xia. Seules des sources postérieures nous donnent des informations sur la dynastie, et ces sources ont tendance à exagérer. Attribuer à l’Empereur jaune l’invention des arts martiaux chinois revient à attribuer à Prométhée l’invention du feu.

Le Kung Fu dans l’histoire ancienne

Les premières références vérifiables aux arts martiaux chinois se trouvent dans les Annales du printemps et de l’automne, datant du Ve siècle avant Jésus-Christ. Cette ancienne chronique mentionne une théorie du combat au corps à corps qui intègre des techniques dures et douces. Une technique dure fait référence à une défense où l’on répond à la force brute par la force brute. Une technique douce se retrouve dans les arts martiaux comme le Jujutsu, où le défenseur utilise la force de l’adversaire contre lui.

Un peu plus tard, le Classique des rites mentionne une forme de lutte appelée Jueli. Sous la dynastie Han (206 av. J.-C. – 8 ap. J.-C.), des manuels d’entraînement ont été rédigés pour expliquer les différences entre le combat à mains nues, le Shoubo et la lutte sportive. 

L’essor des arts martiaux chinois

Vers 400 après J.-C., les arts martiaux ont commencé à se répandre en Chine. La fondation du tristement célèbre temple Shaolin en 495 en est un bon exemple. Aujourd’hui, les moines Shaolin sont connus comme des maîtres légendaires des arts martiaux.

Tout a commencé avec le premier moine à prêcher le bouddhisme au temple Shaolin, Batuo. Selon les archives, ses premiers disciples chinois, Huiguang et Sengchou, maîtrisaient les arts martiaux. Sengchou était apparemment un tel maître du bâton d’étain qu’il a été enregistré dans le canon bouddhiste chinois.

Un moine indien nommé Damo est arrivé au temple Shaolin après Batuo, en 527. L’un de ses disciples était un homme nommé Huike, qui était également un maître en arts martiaux. Il a été suggéré que ces hommes libres ont peut-être été dans l’armée avant de rejoindre le monastère.

Très vite, le temple Shaolin a eu sa propre forme institutionnalisée d’arts martiaux. Il s’agit de l’un des premiers exemples enregistrés d’arts martiaux chinois formalisés. Bien que la contribution du temple Shaolin au Kung Fu ait probablement fait l’objet de sensationnalisme, certains documents anciens confirment l’importance du rôle joué par le temple.

Une stèle datant de 728 après J.-C. présente deux exemples de moines Shaolin prenant part à des combats. Le premier est une image des moines défendant leur monastère contre des bandits en 610. La seconde montrait leur rôle dans la défaite de Wang Shichong (un général militaire qui avait renversé son empereur) lors de la bataille de Hulao en 621.

Le temple Shaolin a disparu en relation avec les arts martiaux pendant près de mille ans. Puis, entre le 16e et le 17e siècle, plus de 40 sources fiables ont indiqué que les moines Shaolin étaient non seulement occupés à pratiquer les arts martiaux, mais que ces derniers étaient devenus un élément clé de la vie du monastère. À partir de ce moment, le monastère Shaolin est étroitement lié à la représentation des arts martiaux en Chine.

Lorsque le général Ming Qi Jiguang a écrit le Jixiao Xinshu (Nouveau traité d’efficacité militaire) entre 1560 et 1590, il y a inclus des descriptions des techniques des moines Shaolin, comme le Shaolin Quan Fa. Ce livre a fini par se répandre dans toute l’Asie orientale, influençant grandement le développement des arts martiaux dans cette région. On peut ainsi établir un lien entre de nombreuses techniques modernes de Kung Fu et celles pratiquées il y a des siècles au temple Shaolin. 

La philosophie du Kung Fu

À l’origine, aucune philosophie n’était attachée aux arts martiaux chinois ; il s’agissait simplement d’une forme d’autodéfense. Au fil du temps, alors que les arts martiaux et la société chinoise elle-même évoluaient, les maîtres ont commencé à ajouter un fondement philosophique à leurs enseignements.

Plusieurs textes taoïstes mentionnent les arts martiaux dans leurs enseignements, faisant référence à la psychologie et à la pratique des arts martiaux. Les artistes martiaux taoïstes pratiquent le Tao Yin, une série d’exercices physiques apaisants et méditatifs, depuis au moins 500 av. Si l’on examine des styles tels que celui des “Huit Immortels“, on remarque des références aux enseignements taoïstes ; chaque technique est attribuée aux caractéristiques de l’un des immortels.

Plus tard, les enseignements bouddhistes auront plus d’effet sur la philosophie du Kung Fu, en grande partie grâce au Temple Shaolin. Comme mentionné plus haut, la maîtrise du bâton d’étain par Sengchou est même entrée dans le canon bouddhiste chinois. 

La République populaire de Kung Fu

Bien que les arts martiaux aient toujours été une forme populaire d’autodéfense en Chine, les formes les plus populaires aujourd’hui ne se sont imposées qu’au cours du XXe siècle. Ce changement a commencé en 1900, avec la rébellion des Boxeurs.

La Rébellion des Boxeurs était un soulèvement mené par la Société des Poings Justes et Harmonieux. La plupart de leurs membres étaient des artistes martiaux expérimentés qui pratiquaient la “boxe chinoise” ; c’est pourquoi l’Occident a appelé le soulèvement la rébellion des Boxeurs. Cette rébellion était un mouvement anti-étranger, anti-colonial et anti-chrétien qui visait à protéger la Chine des influences étrangères.

Bien qu’elle n’ait pas été couronnée de succès au départ, la rébellion des Boxers a eu des répercussions majeures. La rébellion a finalement conduit à la chute de la dynastie Qing et à la création de la République chinoise. Le rôle des arts martiaux chinois dans la création de la République signifiait que les arts martiaux étaient plus que jamais intégrés à l’identité nationale chinoise.

La première moitié du XXe siècle a été une période tumultueuse pour la Chine. Outre la rébellion des Boxers et la chute de la dynastie Qing, la Chine a également dû faire face à l’invasion japonaise et à la guerre civile chinoise. Il n’est pas surprenant qu’en période de conflit, les gens aient tendance à chercher des moyens de se défendre, et les artistes martiaux ont donc commencé à enseigner ouvertement leur art aux citoyens ordinaires.

En outre, en raison de tous les problèmes auxquels la Chine avait été confrontée, le nationalisme était en hausse. Les arts martiaux étaient un excellent moyen de promouvoir la fierté nationale et de créer une nation forte capable de se défendre. Le gouvernement a commencé à publier des manuels d’entraînement aux arts martiaux, à créer des académies de formation et à organiser deux examens nationaux. Il envoie ensuite des équipes de démonstration à l’étranger pour démontrer la suprématie des arts martiaux chinois. 

La République populaire réprime

Après la guerre civile chinoise, avec la fondation de la République populaire de Chine en 1949, la popularité des arts martiaux chinois est montée en flèche. Certains des plus grands maîtres de l’époque ont choisi de fuir la Chine et ont émigré à Taïwan, à Hong Kong et dans d’autres régions du monde. Ces maîtres ont enseigné dans les communautés d’expatriés chinois, mais ils ont rapidement commencé à enseigner aussi aux locaux.

La All-China Wushu Association a été créée en 1958. Le but de cette organisation était de réglementer l’entraînement aux arts martiaux afin qu’il soit conforme à la doctrine de l’État. La Commission d’État chinoise pour la culture physique et les sports a créé des formes standardisées des principaux arts martiaux chinois, en veillant à ce qu’elles correspondent aux idéologies en vigueur.

Les artistes martiaux en Chine ont connu des années difficiles pendant la Révolution culturelle, de 1969 à 1976.  Comme une grande partie de la vie traditionnelle chinoise, les arts martiaux étaient méprisés par Mao et ses partisans, qui pensaient que les anciennes méthodes devaient disparaître. Les professeurs d’arts martiaux ont été contraints de modifier radicalement leur enseignement pour l’adapter à la doctrine révolutionnaire maoïste s’ils voulaient rester libres.

Les arts martiaux traditionnels, axés sur les lignées et l’autodéfense, étaient considérés comme subversifs. L’étude des lignées était trop axée sur l’histoire et, pire encore, l’autodéfense était trop centrée sur le soi. De plus, dans une utopie communiste, les citoyens ne devraient pas avoir besoin d’autodéfense.

Pour lutter contre ce phénomène, la RPC a commencé à promouvoir le wushu, un sport de compétition réglementé par un comité contrôlé par la RPC. Le wushu a été utilisé pour remplacer les écoles d’arts martiaux traditionnelles. Le wushu a été enseigné dans les lycées et les universités, en mettant davantage l’accent sur le wushu en tant que sport moderne, et moins en tant que stratégie d’autodéfense.

Cette répression des arts martiaux traditionnels n’a cependant pas duré longtemps. Pendant l’ère de la reconstruction (1976-1989), l’idéologie communiste est progressivement devenue plus disposée à intégrer d’autres points de vue. C’est ainsi que la Commission d’État pour la culture physique et les sports a créé un nouveau groupe de travail en 1979. Sa mission consistait à réévaluer les enseignements du wushu et à y inclure éventuellement des aspects d’autres arts martiaux traditionnels.

La Commission nationale des sports, qui supervisait tous les sports en Chine, a été fermée en 1998. Cette décision est parfois considérée comme une tentative de dépolitiser les sports en Chine et de les ouvrir à un plus grand nombre de personnes.  C’est ainsi que les styles traditionnels et les formes modernes du wushu sont aujourd’hui encouragés en Chine.

Ce plan semble avoir fonctionné, mais peut-être un peu trop bien au goût du gouvernement. Les arts martiaux chinois sont devenus extrêmement populaires en Chine au cours du XXe siècle. La culture pop chinoise a commencé à tourner autour des arts martiaux et, des années 1960 aux années 1980, la fiction sur les arts martiaux ou « Wuxia »

Malheureusement, ces films wuxia sont devenus trop populaires, et les vieilles inquiétudes concernant le caractère subversif des arts martiaux ont commencé à refaire surface. Le Parti nationaliste chinois a alors décidé de mettre un frein à la production de films wuxia en Chine.

Heureux de saper le gouvernement chinois, le Hong Kong britannique a commencé à produire des films wuxia à la place. C’est ainsi que les films de Kung Fu de Hong Kong se sont répandus dans le monde entier dans les années 1970. Ce qui, à son tour, a suscité un intérêt international pour les arts martiaux chinois, ou, comme on les appelait à l’époque, le kung fu.

L’histoire du 1er art martial – Kung Fu Shaolin

Même si le kung fu tel que nous le connaissons aujourd’hui n’a que quelques décennies, son histoire et ses traditions remontent à des milliers d’années. Ce que beaucoup considèrent comme du “kung fu” est un mélange de centaines de styles et de techniques provenant de toute la Chine. Le Kung Fu d’aujourd’hui est l’aboutissement de milliers d’années de connaissances transmises de génération en génération.

Personne pratiquant le kung fu dans un parc avec un baton et une tenue blanche

Parfois, ce savoir a été considéré comme dangereux ou diviseur, et les personnes au pouvoir ont cherché à le restreindre. Pourtant, comme c’est souvent le cas, ces restrictions ont finalement échoué. Plus le gouvernement chinois a tenté de réprimer les arts martiaux chinois, plus ceux-ci sont devenus populaires. Les contrôles gouvernementaux ont conduit les maîtres d’arts martiaux à fuir la Chine et à diffuser plus largement leurs enseignements, ainsi qu’à l’essor de la popularité du Kung Fu au cinéma.

En cherchant à contrôler les connaissances, ils ont provoqué la diffusion à grande échelle des idées mêmes qu’ils essayaient de restreindre. Aujourd’hui, des personnes du monde entier pratiquent chaque jour les enseignements des arts martiaux chinois, puisant toutes dans cet ancien puits de connaissances collectives.

Livraison gratuite

dès 80€ d'achats*

Livraison internationale

Nous vous livrons partout dans le monde

100% sécurisé

Paypal / Visa / Mastercard

Inscrivez-vous à la newsletter

Et recevez 10% de réduction sur votre première commande